Fanny Letier

Que vous évoque For leaders in motion ?

Transformations sociétales, changement climatique, accélérations technologiques… le monde est en changement permanent. Le leader, c’est celui qui emmène. Et pour emmener, il faut soi-même être en mouvement.

La première étape, c’est d’abord un regard lucide sur les transformations à l’œuvre et leur acceptation. Accepter de tourner des pages. Accepter l’idée qu’en entreprise, l’immobilisme n’est pas une option.

 

Dans un contexte où tout nous pousse à garder le nez dans le guidon, le leader relève la tête et superpose les temps : le temps court, celui de la résilience face à la crise qui nous frappe aujourd’hui ; le moyen terme, celui qui permet de recoller à la trajectoire ou d’en construire une nouvelle, et le long terme, la vision d’avenir, celle qui fonde aujourd’hui l’utilité sociétale de l’action de chacun et crée avec confiance le mouvement de projection vers demain.

Le « leader in motion » c’est celui qui avance avec confiance vers demain et qui, loin de rejeter le changement, s’empare de ce qu’il peut contenir de positif, pour construire à long terme.  Pour son entreprise évidemment, mais aussi dans son for intérieur. Avoir le courage de travailler sur soi, c’est se donner davantage aux autres. Le capital humain est un trésor, et pour développer celui des autres, il faut d’abord développer le sien. Car les trajectoires les plus puissantes sont les plus alignées. Le charisme naturel, qui génère la confiance et entraîne sans contraindre, se nourrit essentiellement de l’alignement, de la clairvoyance et d’énergie positive.

Quelles sont les qualités incontournables du dirigeant d’aujourd’hui ?

L’empathie est pour moi la première des qualités. Empathie sociétale, pour prendre la mesure des tendances à l’œuvre et des facteurs humains qui les amplifient ou les ralentissent, pour écouter les attentes et se donner les moyens d’y répondre, pour mesurer le temps et bouger dans le bon tempo. Empathie pour chacun, pour construire sur les forces, comprendre les moteurs personnels, prendre en compte les limites, prendre soin quand il le faut.
L’empathie pour chacun permet de développer la deuxième qualité : créer du collectif.
En valorisant chacun et en assemblant des talents diversifiés, on construit un bouquet de compétences, une force collective incroyable qui se développe sur le ciment de la complémentarité, parce que chacun a sa place, chacun apporte à l’équipe et est reconnu comme tel.
L’empathie sociétale permet de développer la troisième qualité : celle d’avoir toujours un temps d’avance et d’impulser les bons mouvements au bon moment. La capacité d’un dirigeant à prendre du recul et revenir régulièrement vers ses équipes pour allonger leur horizon est pour moi l’oxygène indispensable à une croissance durable.

Quelles grandes évolutions avez-vous notées dans la carrière d’un dirigeant ces dernières années ?

Je n’aime pas le terme de carrière. La vie n’est pas une ligne droite. Et je suis trop libre pour me laisser enfermer dans un chemin tracé par d’autres pour moi !
Un·e dirigeant·e est d’autant plus performant·e qu’il/qu'elle se nourrit de ses expériences passées, prend conscience de ce bagage, de ses forces et de ses appétences, pour infléchir sa trajectoire professionnelle dans le sens de sa pleine réalisation personnelle et, par voie de conséquence, professionnelle. Si je prends mon exemple personnel, les gens qui m’apprécient m’ont régulièrement encouragée à rejoindre la direction d’un grand groupe. Assez classique, voire attendue, pour une énarque. Mais en avançant, je me suis aperçue que mon moteur était la création d’emplois, et que les ETI en étaient les locomotives. Que ma force était ma faculté d’anticipation et d’impulsion de l’innovation. Que ma vocation était de rendre les rêves des entrepreneurs possibles. Petit à petit j’ai cheminé et, de haut fonctionnaire, puis membre du Comex de Bpifrance, j’ai créé une société d’investissement, GENEO Capital Entrepreneur, avec François Rivolier, pour développer la finance positive au service des PME et ETI. Jamais je n’ai été si alignée et, je pense, performante. Je me garderai donc bien de tirer de grandes lois pour les autres !