Leadership Dirigeants - Le pari gagnant

Pour la reprise osons le pari de la confiance « Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts » Isaac Newton

Comment faire confiance dans un monde où la confiance est affaiblie ?

Qui d’entre nous dirait que cette citation n’est pas toujours d’actualité ? Chacun d’entre nous professionnellement peut facilement évaluer là où il devrait construire des ponts et démolir certains murs. L’insécurité grandit et nos besoins de protection et de sécurité avec.

La méfiance est en train de contaminer tous les niveaux de notre société ; les places financières, le gouvernement, les institutions, les entreprises, les relations avec les autres jusqu’à la vie personnelle sont impactés. Le déconfinement se déploie et chacun(e) s’active à sa façon dans son job en vue de la reprise économique. La crise sanitaire est apparemment bientôt derrière nous et le défi de gérer la crise économique est devant nous avec son lot d’interrogations, de peurs et d’opportunités aussi. Toutefois une autre crise est bien présente et pas des moindres : l’affaiblissement de la confiance.

Les Hommes et les Entreprises s’attendent et s’espèrent

Face à la reprise, plusieurs réactions s’entrevoient : (cf Keynote de David Mahé, Stimulus -  https://youtu.be/FNogpTcN1PY)

Une première grande tentation légitime pour les dirigeants pourrait-être de vouloir se précipiter pour rattraper le temps perdu et d’avancer à marche forcée vers l’opérationnel. Une question se pose alors : « comment prendre en compte ce que vivent nos collaborateurs, mentalement, psychiquement et émotionnellement ? Sont-ils tous en « état » de reprendre la course à fond et dans ce cas quelles mesures mettre en place ?

Les règlementations et les gestes de protection sanitaire sur les lieux de travail bouleversent l’environnement de travail et le modifient par la distanciation. Les rituels et les codes des relations sociales précédemment établis disparaissent. Quels en sont les impacts ?

Les salariés dans leurs différences vivent des situations complexes et parfois inavouables telles la peur de retourner sur leur lieu de travail, d’autres ont apprécié le confinement et préfèrent une autre organisation du travail, d’autre peuvent-être négligent quant au respect des gestes barrière. Les incertitudes anxiogènes modifient les habitudes opérationnelles et coopératives comme par exemple le travail en « CO » dans les équipes transverses, avec les clients à reconquérir et les fournisseurs fragilisés.

Une autre question se pose : « Comment passer de la méfiance à la prudence et rétablir des liens collaboratifs sereins et dans ce contexte prendre soin des intérêts des uns et des autres ? ».

Vous êtes vous déjà demandé quel est l’impact et le coût du manque de confiance dans votre entreprise ?

Conséquences et coût du manque de confiance

Les lentes procédures bureaucratiques, l’attitude de méfiance, la défiance, le micro management, la surveillance ou le soupçon sur les salariés et l’excès de contrôle bride les collaborateurs qui deviennent des « exécutants » et non plus des talents compétitifs.

Voici quelques exemples de réactions et les conséquences qui sont générées lorsque la méfiance et le soupçon sont aux commandes :

Frustration, déception, désengagement des salariés, chute de productivité dans les réunions, absentéisme, turn over, départs de talents ou d’experts qui n’opèrent pas la transmission du savoir et des compétences aux nouveaux arrivés, perte de compétitivité considérable, jusqu’aux nouvelles maladies bientôt reconnues comme le Burn out, l’épuisement professionnel, grèves et même à l’excès des tentatives désespérées de fraudes et de malhonnêteté.

Alors pour pallier à cela beaucoup d’entreprises et d’institutions ont mis en place des politiques, des procédures et des process d’approbation excessifs, visant le contrôle des collaborateurs et des personnes restreignant ainsi leur accès à l’autonomie qui devrait normalement libérer les potentiels et leur compétitivité. Le plaisir de travailler et la contribution par la créativité risquent de disparaître et ces talent avec.

Selon vous, quel est le coût pour l’entreprise et le salarié du manque de confiance ? Cela se chiffre en milliards à l’échelle de l’économie d’un pays comme la France.

 

S’appuyer sur les 4 piliers de la confiance

Contrairement à ce que beaucoup pensent, la confiance est un paramètre tangiblequantifiable et mesurable. Elle touche aussi bien la vitesse d’exécution, que la qualité et le coût.

Vous avez certainement dû remarquer que le fait de changer le paramètre confiance dans une équipe ou une entreprise à un impact spectaculaire sur les facteurs d’engagement, de temps et d’argent ainsi que sur la qualité et la valeur.

Tangible, quantifiable et mesurable ? Oui ! La confiance n’est ni aveugle ni subjective. Elle s’appuie sur 4 piliers. Les deux premiers piliers, mettent l’accent sur le caractère, la personnalité, ce qui vous anime et les deux suivants mettront en lumière compétences et performance. Les deux premiers piliers, peuvent induire un changement d’habitudes et de paradigme :

1.    L’intégrité du dirigeant : être digne de confiance où autrement dit la cohérence intérieure qui assure le lien entre la parole donnée et les actes observés. Cela fait appel au courage de vivre en adéquation avec ses valeurs et ses convictions. La solidité de votre positionnement sera une grande source de sécurité pour vos collaborateurs.

2.    La clarté de vos intentions, parle de la notion de sincérité, de vos motivations à agir et de vos objectifs. Sont-ils cachés ? Dans votre style de communication, perçoit-on chez vous des tentatives manipulatoires ou plutôt de la transparence? Vos comportements parleront pour vous. La notion de vouloir agir pour le bien commun se fera sentir rapidement. Une bonne utilisation de ce fondement favorisera rapidement l’adhésion des vos collaborateurs.

3.    Les capacités, c’est à dire les aptitudes, les talents, les compétences relationnelles, techniques et managériales. Votre style d’action et les moyens que vous utilisez pour produire des résultats vous garantiront une légitimité et crédibilité. Ce pilier permet d’établir, de développer et de restaurer la confiance et les synergies coopératives.

4.    Les résultats. Ce fondement renvoie directement à la notion de production et de performance. On peut avoir des capacités énormes et des talents hors du commun, s’ils ne sont pas mis en pratique ou mal exploités, la crédibilité ne sera pas au rendez vous. A l’inverse les résultats positifs que vous produisez génèrent une réputation positive d’excellence. On pourra dire que votre réputation vous précède.

 

La confiance est un accélérateur de résultats qui produit des dividendes

« Séquence souvenir». Rappelez-vous lorsque vous avanciez dans vos activités à la vitesse de la confiance ?

Si vous y repensez, faites un zoom:

Qu’est ce que cela a généré ? Quels résultats ? Quels comportements ont été mis en place?  Quelles émotions avez vous partagé ? Y avait-il de la synergie ? Quid de la communication ? Quid de la complicité ? Quid de l’apprentissage des erreurs ? Quid de la responsabilisation et de la réactivité ? etc…

La confiance peut être considérée comme une forme de monnaie qui produit sécurité et résultats : monnaie vitale dans le monde connecté et collaboratif d'aujourd'hui

Bien établie, elle accélère et simplifie tous les processus.

En développant votre compte bancaire « confiance » vous allez enrichir votre compte émotionnel et relationnel. En y faisant des dépôts vous allez fédérer les forces autour de vous et gagner en rapidité et en agilité. Alors me direz vous, comment procéder pour inspirer et générer cette confiance?

Les 7 actions intelligentes qui vous aideront à gagner les dividendes de la confiance rapidement

Imaginez quelques instant au fait qu’un petit grain de sable puisse bloquer une belle et puissante machine. Il en est de même pour les petites actions que je vous propose ci-dessous. Elles peuvent débloquer des situations complexes et libérer les potentiels.

Ces 7 petites actions très puissantes, en lien avec les 4 piliers cités plus haut, ne sont pas des révélations fracassantes mais simplement du bon sens retrouvé et mis en œuvre.

La puissance de ces actions réside dans le fait qu’elles s’appliquent tant dans votre relation avec vous même, vos relations et interactions avec les autres que managériales, avec vos partenaires qu’au niveau organisationnel.

En les pratiquant vous verrez que votre leadership de dirigeant partira d’un principe « intérieur-extérieur » et non pas le contraire, vous plaçant ainsi dans une dynamique très proactive.

C’est à vous…

1.     Parler franchement (principe d’intégrité, pilier 1)

2.     Montrer du respect (principe de caractère, valeurs pilier 1)

3.     Créer de la transparence (principe de clarté d’intention, pilier 2)

4.     Tenir ses engagements (principe de compétence, pilier 3 et valeurs pilier 1)

5.     Commencer par écouter pour prendre en compte (principe d’aptitude, compétence relationnelle, pilier 3)

6.     Fournir des résultats (performance, pilier 4)

7.     Corriger ses erreurs et accepter de se remettre en question (principe de l’amélioration continue, pilier 4)

Ensemble, osons ce pari fou d’inspirer et de générer la confiance et faisons fructifier notre « compte bancaire » pour relancer notre économie.

 

Luc Delage