Les 4 leviers du nouveau leader?

Repli, chaos, incertitudes ont fait le quotidien des gouvernances d’entreprise brinquebalés par des mesures gouvernementales protectionnistes pour la santé de tous mais pas forcément pour celle des dirigeants.

A l’aube de nouvelles réalités pour l’entreprise et la gouvernance, de nouvelles postures font la différence.

 

La résilience est la 1 ère ancre du nouveau leader :

La résilience est la capacité de digérer rapidement un choc, une épreuve, en retrouvant à la fois ses capacités initiales mais au-delà, trouver appui sur de nouvelles ressources.

Elle pourrait se comparer à la pratique du sport ou l’entrainement à l’épreuve, et muscle la capacité de rebond.

Le levier consiste à passer de la phase de tourbillon et d’une zone de préoccupation, à une zone d’actions constructives, sources d’opportunités.

La résilience a été mise à lourde épreuve depuis le 16 mars dernier.

Pourtant, certains ont eu, dans un temps record, le réflexe de transformer leur modèle industriel pour répondre aux enjeux de la société.

Dans la résilience, la notion de responsabilité est au centre. Comment en tant que leader, je peux influer positivement sur mon écosystème ?

Un dirigeant résilient est modélisant pour ses équipes. Ces dernières pourront avec plus de facilités, passer de la posture de perte, de crainte ou de repli à celle d’acteur pour leur entreprise.

Pour cela, il doit se connaitre, connaitre ses appuis, comprendre ce qui le ressource et s’appuyer sur son entourage dans une dimension humaniste.

L’intuition est le 2 ème levier du nouveau leader :

L’expérience et le sens rationnel sont fondamentaux.

L’intuition vient compléter cette habileté du dirigeant averti lorsque la tempête est telle, que la voile ne suffira pas à revenir au port sans avarices.

L’intuition est la capacité de prise de recul. Elle apportera une compréhension quasi-spontanée d’une situation et de ses perspectives.

Elle s’appuierait, comme un data-scientiste, sur de multiples données qui feraient le lien entre-elles pour permettre de voir clair dans le brouillard.

Si l’esprit rationnel sait apporter les solutions, l’intuitif sait poser les bonnes questions.

Imaginons un raisonnement mathématique infaillible qui partirait d’une mauvaise hypothèse.

L’intuition cerne une approche globale en sortant d’un cadre fixé pour aborder de nouvelles options.

Le sens et les valeurs sont des caps qui permettront de trouver un nouveau port.

L’entreprise à mission apporte sens et engagement à une entreprise tout en lui permettant d’investir sur le long-terme et ouvrir des nouvelles perspectives

L’agilité est la 3 ème aptitude du nouveau leader :

L’agilité est la capacité d’ouvrir des options, mais aussi de les refermer.

L’agilité apporte une souplesse dans l’approche interpersonnelle pour gagner en confiance et en efficacité.

Développer l’agilité, c’est accepter que tout ne se prédit pas.

Un agenda bouleversé est l’opportunité d’identifier des nouvelles façons d’avancer.

Le « jeu de jambe » bien connu d’une entreprise du CAC 40 a permis aux jeunes recrues de mieux intégrer ce que l’on attendait d’eux : comprendre rapidement, se tromper et s’adapter.

Cette souplesse d’action est générée par la confiance de la gouvernance.

Apprendre à échouer n’est pas une aptitude facile à intégrer, l’exemple là encore fait la différence.

En agilité, on ne change pas nécessairement de cap mais on développe son esprit tactique.

Le courage enfin est la 4 ème force du nouveau leader :

Le courage du vrai leader, c’est sa faculté d’aborder des situations difficiles et de mener son navire malgré la tempête et la mer déchaînée jusqu’à des horizons éclaircis.

La solitude du dirigeant lui appartient.

Elle lui est utile pour prendre une décision éclairée après s’être entouré d’avis consultatifs.

Le courage du nouveau leader est aussi sa faculté de dire les choses lorsqu’elles sont difficiles à dire, aussi bien pour le bien d’un collaborateur que pour celui de l’entreprise.

Le courage de prendre une décision contre-intuitive quand il sait que c’est celle qui doit être prise.

Il fait preuve de courage lorsque, malgré une appréhension, il est maître de son embarcation.

Son courage sera fédérateur pour ses équipes.

Résilience, intuition, agilité et courage sont les 4 ancrages du nouveau leader.

 

Marie-Liesse Morgaut