Sous le signe de l’optimisme - part 1

Ce retour de vacances s’annonce, dans la continuité de cette année, assez particulier. Je reprends aussi au fur et à mesure mes accompagnements en coaching et en transition professionnelle. J'ai donc eu l’envie de partager avec vous tous 2 postulats et conseils afin que cette reprise soit sous le signe de l’optimisme.

Sans prétention aucune j’ose dire que beaucoup d’entre nous, partageons un sentiment de perte de contrôle et donc d’incertitude grandissante quant à l’avenir.

Oui c’est vrai, l’avenir est incertain, mais est-ce qu’il a déjà été vraiment totalement prévisible ? Ou il nous laissait seulement croire qu’en bétonnant une grande partie des différents aspects d’un projet /d’un dossier nous pouvions en effet nous attendre à ce que le résultat escompté soit au rdv ?

Parfois partiellement oui, parfois non.

Il n’y a que l’impermanence qui est permanente, en d’autres termes le changement est constant. Accepter ce constat n’est certes pas évident, mais cela vous économisera beaucoup de perte d’énergie et quelques crises d’angoisse, cela vous aidera à développer une bonne posture pour ne pas incriminer la situation actuelle, la crise sanitaire… etc et vous permettra de vous ouvrir et vous adapter plus facilement aux nouvelles situations, aussi singulières soient elles.

Certains d’entre nous ont pu vivre des situations difficiles voire traumatisantes dans la sphère professionnelle.

Un sentiment d’injustice et de colère peuvent persister surtout s’ils ont conduit la personne au burn-out. Ces émotions sont à entendre et à écouter, je ne parle pas de les mettre de côté, de toute manière cela n’est juste pas possible et imaginable. Et il est vrai que nous ne pouvons pas changer notre vécu, notre passé.

Ce que nous pouvons faire c’est juste changer le rapport que nous entretenons avec ce passé. Le coaching vous permettra de voir ce vécu d’un autre angle, d’élargir votre vision et perception sur les boucles relationnelles qui ont pu conduire à de telles situations, réinterpréter et se responsabiliser comme acteur de sa vie dans un contexte donné, pour vous permettre de ne pas reproduire des schémas similaires.

J’espère que cela résonnera chez certains, et non le monde ne s’adaptera pas à nous, c’est à nous de nous y adapter !

Je vous souhaite une belle rentrée sous le signe de l’optimisme.

 

Agnès Marotte